à venir Évènements
Publié le 6 mai 2020
Autre

Témoignage du confinement #8

Image de l'article

La situation que nous vivons dans le monde est inédite et Albi ne fait pas exception. Alors que la majorité des Albigeois est confinée à domicile, d’autres continuent à assurer les services à la population. Mais pour chacun d’entre nous, la vie a radicalement changé.

La MJC d’Albi essaie de maintenir le contact et la proximité entre nous, pour partager ces moments qui bouleversent nos existences.

La ville d’Albi nous a sollicité pour recueillir les témoignages de nos adhérents, de nos intervenants, de nos bénévoles et de nos animateurs. Nous t’invitons à témoigner avec tes mots de ce que tu vis au quotidien, de la manière dont tu appréhendes cette période, seul ou avec tes proches, en télétravail ou sur le terrain.

Aujourd’hui, le témoignage de Julie, 27 ansLe témoignage d’un dauphin

Voici le témoignage d’un dauphin que j’ai imaginé et qui sera par la suite diffusé sur radio Albiges:

” Cher humain,

Nos aïeux parlaient d’une liberté sans limites. Rois des océans, ils exploraient les eaux d’un monde tranquille, voyageant par nécessité, à la conquête d’horizons inexploités. Au coeur de ce havre de paix, chacun avait son rôle à jouer pour la survie de cet équilibre. Si fragile… Une place dans le cycle de la vie. C’était leur réalité.

Un jour, nos chemins se sont croisés, tes navigations en mer étaient de plus en plus fréquentes. Cette rencontre a marqué le début d’un basculement dans l’avenir de notre espèce. Rien ne serait jamais plus comme avant. La curiosité et le sens de l’hospitalité nous a toujours poussé à venir à toi. Au début, je croyais avoir trouvé un nouveau partenaire de jeu, que la relation entre humains et dauphins pouvait avoir une existante. Alors, je t’ai observé, je me suis approché pour étudier le moindre de tes gestes et attirer ta sympathie. Puis peu à peu j’ai compris. Un de nos jeunes s’est fait capturé, séparé de sa famille pour se retrouver dans une prison de verre, forcé à faire comme si tout allait bien. Sa perte a été le premier d’une longue série de problèmes que tu nous as causé. L’air est devenu irrespirable, tes déchets sont devenus des obstacles pour nos expéditions et beaucoup ont succombé à l’asphyxie. Les poissons ingérés étaient pollués par les débris de plastique que tu jetais sans vergogne. Nos poumons se sont noyés dans le poison noir que tu déverses chaque jour dans notre mer. Cette mer que tu pilles sans relâche. Je ne compte pas non plus les nombreux sauvetages que nous avons dû opérer pour libérer les nôtres de tes filets, qui sont de véritables tortures pour nous. Mais aussi tous ces dauphins échoués qui sont devenus monnaie courante. Au sein du groupe, la peur s’était installé et nous commencions à nous inquiéter pour les générations futures.

Et pourtant nous nous acharnons encore à nous montrer généreux et bienveillants envers toi, dans l’espoir qu’un jour tu nous laisse ne serait-ce qu’une minute de répit.

C’est alors qu’il y a quelques semaines, un miracle s’est produit, nos demandes ont été entendus. Tu es moins présent .. comme si le temps t’avais arrêté et que le silence t’avais remplacé. L’absence des bateaux a laissé la place au soleil qui éclaire de nouveau l’océan. Notre monde reprend ses droits que tu nous as privé pendant de longues années. Il est exactement comme le racontait ma grand mère, il se régénère. Il devient … plus prospère. Je découvre une liberté que je ne connaissais pas et respire à plein poumon cet air si doux qui m’était inconnu. Les jeunes peuvent s’amuser ensemble dans une eau pure, sans que nous soyons effrayés à l’idée qu’ils se perdent dans l’obscurité, ou qu’ils se fassent attraper. La communication entre nous a changé. Elle est devenue plus limpide et le taux de dépression descend de jours en jours. C’est un cessez le feu pour l’océan tout entier ! La raison de ta disparition reste un mystère mais sache qu’une incroyable sérénité règne en ce moment. La vie sauvage est à son comble. Je ne sais pas encore combien de temps cela va durer, mais tu aurais ma bénédiction si tu restais chez toi et que tu n’empiètes plus sur notre territoire. Profites de ta vie terrestre et des tiens. Protège la beauté de cette planète sur laquelle nous vivons, en arrêtant de saccager nos seules et uniques ressources. Sache que la nature est forte et qu’elle peut se montrer impitoyable envers toi. Tu n’imagines pas à quel point tu sous-estimes encore son énergie. Il y aura des sacrifices mais nous résisterons toujours à ton emprise. Ce n’est pas nous… Mais toi qui court à ta perte si tu ne réagis pas. J’aurais envie parfois que tu t’éteignes pour toujours. Mais la sensibilité légendaire des dauphins fait que nous refusons la perte et que nous rêvons encore d’un monde plus juste et équilibré. A toi humain de retenir une leçon de ce qui t’arrives aujourd’hui et de ressortir meilleur de cette épreuve . Les petits voyages que nous faisons près des ports et le long du canal, sont comme des drapeaux blancs que nous te tendons pour te prouver notre compassion. Fais bonne usage de ses cadeaux de la nature et accorde nous ce nouveau souffle, au delà de ces quelques mois. En signe de ma volonté, je t’envoie mes pensées les plus sincères et te souhaite de devenir plus grand dans ta vie future.

Au nom de toute la communauté des dauphins.

Signé … un de ses plus grands défenseurs. “