à venir Évènements
Publié le 25 février 2020
Concert

RETOUR SUR LE CONCERT PREMIERES SCENES X COMPLOT SUR LE CAMPUS DU 1ER FEVRIER 2020

Image de l'article

Chaque trimestre, la MJC d’Albi organise le concert “Premières Scènes”, destiné à mettre en lumière la richesse de la scène amateure locale. Pour la seconde édition de la saison, la MJC s’est associée à l’asso des Comploteurs Festifs, et proposait, sur une seule et même soirée aux groupes de musique amateurs :

>> de se produire sur la scène du Noctambule, salle de concert de la MJC dont le projet s’articule autour des musiques actuelles

>> de participer au tremplin des Comploteurs, qui sélectionneront – parmi les artistes qui se produiront au Noctambule ce soir-là – l’artiste ou le groupe qui fera l’ouverture du festival “Complot sur le campus”, le jeudi 2 avril 2020.

Le complot sur le Campus est un éco-festival organisé par les Comploteurs Festifs. L’association les Comploteurs Festifs, fondée en 2006, est composée d’un bureau d’étudiants chaque année renouvelé. L’origine de sa création renvoie à la volonté d’étudiants engagés, désireux de dynamiser le campus et de créer un événement phare.
Le festival Complot sur le Campus a lieu chaque année depuis 15 ans sur le site de l’INU Champollion et a pour but de promouvoir la vie étudiante Albigeoise et les actions culturelles locales. Il est gratuit et entièrement animé par les étudiants, cela pour permettre d’apporter une plus-value à des événements culturels toujours plus en adéquation avec la vie Albigeoise.

Lors d’un jury d’écoute composé des Comploteurs et de la MJC, les groupes Mokazz, Joe Cheap and His Ubiks ainsi que Xipili and the Rayers ont été sélectionnés pour concourir pour le tremplin du Complot sur le Campus et à se produire sur la scène du Noctambule dans cet ordre :

Mokazz, un jeune groupe Toulousain de Rap Jazz dont les membres ont une vingtaine d’année, un style hybride et une mixité réjouissante. Un contraste de rythmes et d’harmonies, aux groove pesant et mélodies volatiles. Ce concentré explosif menace de s’abattre sur vous à chaque seconde, comme la vérité déferle sur les plus lucides, qui savent qu’ils ne la détiennent pas. Là, les rimes entrent en jeu. 🎶 Mokazz, c’est une voix, un piano, une basse et une batterie. C’est un portrait de ce qui est. Le texte conte une histoire, exprime un monde, toujours accompagné du langage des émotions. La tête perçoit l’idée, le cœur la musique. C’est dans l’esprit des spectateurs que se fait la genèse entre sens et sentiment.

  • Un nom décalé, inspiré d’un célèbre roman de Philip K. Dick. Joe Cheap & His Ubiks, c’est sous ce nom que sont réunis depuis 2017 les quatre musiciens toulousains Florian, Luc, Isaïas et Rémi qui jouent avec une énergie déconcertante.
    Au menu : un peu de Grunge dans la voix, de Pop dans les mélodies et de Blues dans les riffs. Le tout assaisonné à l’énergie Punk Rock.
    Influencés par Nirvana ou Idles, ils ne se définissent pas par un genre musical particulier et c’est tant mieux pour nous tellement leur répertoire musical est riche. Le groupe a sorti un album éponyme en 2019.

  • Groupe de world music originaire d’Albi, ils sont apparus sur la scène musicale courant 2019. Le groupe se compose de Ndiaga SEYE dit « XIPILI », le visionnaire en wolof (auteur et interprète) ; et de Ibrahim ROUABAH (batterie, percussions), Miguel LISBONA (lead guitare), Camille PONS (basse), Pascal BARBERO (piano, clavier) ainsi que de Yohan VIGUIER (technicien du son), dits « The Rayers ».
    Ils composent ensemble avec les influences de chacun un véritable tableau musical dans lequel se mélangent poésie Sénégalaise et couleurs Européennes. 🎶
    Les textes conscients de l’auteur se retrouvent mariés aux tonalités soul, hip-hop, reggae, de ses instrumentistes pour donner une musique du monde percutante.

 

Puisque nous sommes très gourmands à la MJC et que nous apprécions tout particulièrement les défenseurs de la cause, nous avons également invité Karma Sista qui a commencé la soirée en première partie et nous a fait vibré avec ses chansons réalistes et solidaires pour qu’elle dépose une graine, celle de la révolution. Autrice et compositrice franco-iranienne, artiste militante et engageante, Karma Sista est influencée par Keny Arkana, HK, Tryo ou Mano solo.

Sur des mélodies entêtantes, sa voix cristalline assène des vérités comme on lance des pavés. On ne peut les éviter.

Après avoir réalisé un film documentaire sur les acteurs de la ZAD de Sivens, “La résistance respire” et composé sa bande originale, elle a fait le tour de France des Zones A Défendre, d’Agen à Notre Dame des Landes.

 

Les Comploteurs Festifs, bénévoles de volonté, ont mis la main à la pâte pour accueillir un grand nombre de spectateurs car vous êtes venus nombreux et ça nous fait toujours plaisir ! Sur la soirée, nous avons écoulé près des 300 tickets d’entrée à prix libre et conscient.

 

Et puisqu’on ne voulait pas vous laisser livrés à vous-même à chaque changement de plateau entre deux artistes, le bar vous accueillait avec bonne humeur en vous servant la bière de la brasserie La Berlue, bière locale Tarnaise dont la brasserie est installée à Gaillac. Accompagné en musique par Donut Sound et Thrill Dub Resonance, nos deux DJ vous ont fait danser sur leurs sets avant de reprendre les concerts dans la salle du Noctambule.

Un jury, composé de trois membres de la MJC et trois membres des Comploteurs Festifs, ont délibérés à la fin de la soirée pour finalement annoncer le groupe vainqueur de la soirée qui reflétait le plus l’esprit du Complot sur le Campus et le message qu’ils veulent transmettre : Joe Cheap and His Ubiks se produiront alors sur la scène du festival le 02 avril 2020.

L’affiche du festival, révélée le 06 février 2020, est également disponible sur la page Facebook du Complot sur le Campus.

Nous espérons vous retrouver lors du festival du Complot pour retrouver Joe Cheap And His Ubiks. Si vous avez aimé Mokazz, Xipili And The Rayers ou Karma Sista (ou les trois) n’hésitez pas à les suivre, en parler autour de vous et les écouter. Votre soutien les aide à progresser dans leur pratique !

Crédit photo : Mélissandre Martin